24/10/2007

Lecture

Si je ne traîne pas beaucoup dans la cour de récré pour le moment, c’est que je suis plongée dans la lecture

 

‘ La fille de ma meilleure amie ‘

Dorothy Koomson

 

voici un extrait :

 

Je décrivis mes symptômes à mon médecin généraliste qui me prescrivit des analyses de sang.

Puis elle me fit revenir pour des tests complémentaires.

On lâchait devant moi des mots terrifiants, des mots toujours associés dans les reportages et les magazines à une issue tragique.

 

……

 

Bref, ce jour là, j’étais assise dans la gare et j’attendais mon train quand une femme s’arrêta à ma hauteur.

Elle sortit son téléphone portable de son sac, composa un numéro et dit : ‘ bonjour, je suis la maman de Felicity, je voulais vous avertir qu ‘elle ne se sent pas bien et qu’elle ne viendra pas à l école aujourd’hui . ‘

 

J’éclatai alors en sanglots

Je m’effondrai littéralement.

Je venais de comprendre, là, à cet instant précis, que je n’aurais jamais la chance de passer un coup de fil comme celui-là.

Que jamais je n’appellerais la directrice d’école pour l’avertir de l’absence da ma petite fille.

 

 

Puis, cet homme, cet ange s’approcha de moi

Il s’assit, passa son bras autour de mes épaules et me serra contre lui pendant que je pleurais toutes les larmes de mon corps

Mon train entra en gare et repartit.

Le suivant aussi, et l’autre aussi

Mais l’homme restait à mon côté

Il se tint près de moi tout le temps que je sanglotais sans parvenir à m’arrêter.

Il attendit que mes plaintes s’apaisent un peu

Alors il me demanda avec douceur ce qui n’allait pas.

 

Et tout ce que je fus capable de bredouiller à travers mes sanglots, ce fut :

 

‘ je ne sais pas comment dire à ma fille que je vais mourir’

 

 

voilà,

 

je vous laisse, j’ai une pile de mouchoirs qui m’attendent, vous comprenez pourquoi !!

 

 

22:12 Écrit par missnybi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.