27/11/2006

une petite marrante :-)

 

 

J’étais aux toilettes en train de faire mes besoins lorsque j’entendis :

 

-         Salut, comment ça va ?

 

Ce n’est pas que j’apprécie de discuter dans un pareil moment, notamment sans savoir qui se trouve dans les WC d’à côté.

Mais comme je suis poli, je répondis :

 

-         Moi ça va

 

L’autre demanda :

 

-         Qu’es-tu en train de faire ?

 

Quelle question stupide.

C’était si ridicule que je répondis :

 

- Euh, je crois que je suis en train de faire la même chose que toi.

 

 

Et c’est alors que le comble de la situation arriva.

 

-         Puis-je te répondre ?

 

Bien, je crois que j’ai affaire à un malade, néanmoins , fidèle à ma bonne éducation je répondis :

 

-         Non, pour le moment je suis occupé.

 

Et c’est alors, que j’entendis le type dire :

 

-je te rappelle plus tard,

parce qu’il y a un con assis dans les chiottes d’à côté, qui chaque fois que je te parle,

me répond !

21:21 Écrit par missnybi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

Salut ma pote ... Cela me fait penser au gars qui se promène en montagne pour la première fois de sa vie. Soudain, le temps change radicalement, brouillard épais, nuit noire de noire. Paniquant et pour ne pas tomber dans le vide, il avance en tâtant les parois. A un moment donné, il touche du bois... Ouf ! Me voilà sauvé pense-t-il... la porte d'une maison ! Il frappe pour entendre une petite voix lui demander : "c'est pourquoi ?". Le gars de répondre : ton papa n'est pas là ? Puis, la petite voix : non, il est sorti quand ma maman est rentrée... Pourrais-tu me passer ta maman alors ? Non, ma maman est sortie quand mon grand-père est rentré... Passe-moi ton grand-père s.t.p. ! Impossible, mon grand-père est sorti quand ma petite soeur est rentrée... Ben dis-donc... Il n'y a jamais personne qui reste dans ta maison !!! Non répond la petite voix. Ici, ce n'est pas ma maison, c'est les cabinets...!!!???***
A + ma pote.
Bizzz.
Jean-Pierre

Écrit par : Jean-Pierre | 28/11/2006

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.